Prise d’otages et tireurs actifs déjoués

Agrandir l'image
L’exercice a permis aux policiers militaires d’intervenir conjointement avec leurs pairs du Service de police de Saint-Jean-sur-Richelieu et de la Sûreté du Québec. (Photos : caporal-chef Pat Blanchard – Imagerie Saint-Jean)

Yves Bélanger, Servir

L’exercice BASTION VERROUILLÉ qui a été tenu à la Garnison Saint-Jean le 21 novembre a été un franc succès. Avec efficacité et rigueur, sept policiers du 5e Régiment de police militaire, accompagnés d’une vingtaine d’agents du Service de police de Saint-Jean-sur-Richelieu et de policiers de la Sûreté du Québec, ont intercepté le tireur actif et le preneur d’otages qui s’étaient introduits sur les terrains de la garnison.

Dès 13 h 30, un premier appel de détresse a été reçu à la Centrale d’appel d’urgence (CAU) de la Garnison Saint-Jean. On y indiquait qu’un tireur actif se trouvait dans le bâtiment H-104. Les premiers policiers sont arrivés sur les lieux quelques minutes plus tard. Ils ont rapidement demandé l’aide des agents de la police municipale et provinciale ainsi que des secours d’urgence afin de prendre en charge les personnes blessées et décédées sur les lieux. En moins de 25 minutes, les intervenants ont mis la main au collet du tireur, interprété cette année par le Bombardier Jason Soguilon, de l’École de leadership et de recrues des Forces canadiennes (ELRFC).

Peu de temps après, un deuxième appel de détresse a été reçu au CAU. Cette fois, on signalait qu’un homme armé, interprété par le Sergent Alain Barriault du service des Opérations du Groupe de soutien de la 2e Division du Canada, détenait des membres du personnel en otage au bâtiment B-129. Les policiers s’y sont alors déplacés.

Un négociateur du Service de police de Saint-Jean-sur-Richelieu, conseillé par un négociateur sénior de la Sûreté du Québec, a commencé les démarches de négociation afin de libérer les otages. Quelque 45 minutes plus tard, le preneur d’otage s’est livré aux policiers sans avoir fait de blessés ni de morts.

Un succès

Le capitaine Junior Caron, officier des opérations et coordonnateur par intérim de la Garnison Saint-Jean, est extrêmement satisfait du déroulement de l’exercice. « Les membres du personnel civil et militaire des différentes unités ont très bien exécuté les mesures d’urgence. Il est évident que leur niveau d’entraînement est excellent. »

Il poursuit en indiquant qu’encore une fois, cet exercice a permis de démontrer que les policiers militaires, municipaux et provinciaux étaient en mesure d’intervenir rapidement et adéquatement dans ce type de situation. « Il est clair que nous sommes vraiment bien préparés si un tireur actif tentait de s’introduire ici. »

Il termine en remerciant tous ceux et celles qui ont permis la réalisation de cet exercice annuel dont les agents des différents corps policiers. « Je veux aussi remercier les 21 candidats de l’ELRFC qui ont interprété les personnes blessées ou mortes. Avec du maquillage, ils ont réussi à rendre le scénario très réaliste. Il faut également souligner la participation exceptionnelle des Ambulances Demers qui, de manière concomitante, se sont chargées de la lourde tâche de gérer la quinzaine de blessés et de morts qu’avait laissé derrière lui le tireur actif ».

 

<< Retour à la page d'accueil