Mission accomplie en Norvège pour deux réservistes

Agrandir l'image
Le caporal-chef Tristan Arsenault, offrant des boissons à des jeunes norvégiens.( Photo : courtoisie)

Yves Bélanger, Servir

Deux membres des Fusiliers Mont-Royal, le lieutenant Samuel Arsenault et le caporal-chef Tristan Mercier, étaient au nombre des 2 000 militaires canadiens qui ont participé à l’exercice TRIDENT JUNCTURE de l’OTAN, qui a lieu en Norvège du 25 octobre au 7 novembre. Ils nous racontent leur expérience des trois semaines qu’ils ont passées dans ce pays scandinave.

Le Lt Arsenault explique que son rôle était de faire le lien entre les équipes sur le terrain et le commandement au Quartier général de brigade. Il avait pour responsabilité de coordonner deux équipes des Actions civilo-militaires canadiennes (CIMIC) et deux équipes des Forces armées bulgares. « Notre mission était de supporter le commandant du 3e Bataillon, Royal 22e Régiment et de favoriser la liberté de mouvement des troupes dans sa zone de responsabilité. »

Pour ce faire, les équipes sur le terrain, dont faisait partie le Cplc Mercier, devaient prendre contact avec les propriétaires de terrains sur lesquels l’exercice se déroulait. « Leur but était d'entretenir une bonne relation avec eux, avoir leur permission, reconnaître de futurs emplacements tactiques pour les compagnies, faire du rayonnement auprès des Norvégiens et être prêt à mitiger tout impact militaire sur les civils », explique le Lt Arsenault.

Le Cplc Mercier note que l’étendue du territoire sur lequel l’exercice se tenait représentait tout un défi. « Nous n’étions que deux équipes mobiles pour couvrir tout cet espace. Nous devions essayer d’être partout en même temps. »

Semblable au Canada

Les deux militaires s’entendent pour dire que le climat et la population de la Norvège rappelaient grandement ceux du Canada. Le Cplc Mercier explique que les cocktails de pluie et de neige à cette période de l’année étaient particulièrement déplaisants. « Heureusement, la chaleur des habitants du pays a contrebalancé cette réalité », précise toutefois le Lt Arsenault.

Celui-ci mentionne que les Norvégiens avec qui son équipe a eu à échanger ont été cordiaux et aidants. « Ils étaient aussi très généreux. Ils nous offraient régulièrement du café et de la nourriture. » Le Cplc Mercier renchérit en soutenant que les Norvégiens étaient très accueillants. « Chaque fois que nous leur demandions si des militaires participant à l’exercice pouvaient dormir dans un bâtiment de ferme au lieu d’installer leurs tentes au grand vent, ils acceptaient avec joie de les accueillir. »

Le Lt Arsenault termine en indiquant que malgré la boue et la pluie incessante, l’un des éléments qu’il a trouvé difficiles au cours de cet exercice a été l’accident de la route où deux membres de l’équipe CIMIC ont été blessés. « Cet incident reflète la particularité des routes en Norvège : elles sont très sinueuses, glacées et à flanc de montagnes. Ces conditions routières ont sérieusement ralenti les opérations. Heureusement, nos deux coéquipiers s’en sont tirés avec des blessures mineures. »

L’exercice TRIDENT JUNCTURE

Quelque 50 000 militaires provenant de 31 pays membres et partenaires de l’OTAN ont participé à l’exercice TRIDENT JUNCTURE. Il s’agissait de la plus importante série d’exercices de l’OTAN lui permettant de s’assurer que ses forces sont entraînées, capables de travailler ensemble et prêtes à réagir à toute menace provenant de n’importe quelle direction.

La contribution des Forces armées canadiennes (FAC) :
- deux frégates et deux navires de défense côtière de la Marine royale canadienne ;
- un bataillon d’infanterie légère de l’Armée canadienne appuyée par un quartier général de brigade ;
- huit avions CF188 Hornet, un ravitailleur en vol CC150 Polaris et deux aéronefs de patrouille maritime CP140 de l’Aviation royale canadienne ;
- une composante de soutien de la Force opérationnelle interarmées, provenant du Groupe de soutien des opérations interarmées des Forces canadiennes ;
- un élément de commandement national du Quartier général de la 1re Division du Canada.

La participation aux exercices et aux entraînements de l’OTAN offre aux membres des FAC une excellente occasion de développer leurs compétences et d’améliorer leur capacité à collaborer avec les alliés et les partenaires de l’OTAN.


 

 

<< Retour à la page d'accueil