55 ans de service pour le coiffeur Émile Laplante

Agrandir l'image
L’équipe du salon de coiffure formée d’Audray Laplante, de Bianca Laplante, d’Émile Laplante et de Daniel Laplante. (Photo : Yves Bélanger)

Yves Bélanger, Servir

En 55 ans de carrière, Émile Laplante en a vu passer des têtes de militaires sur son fauteuil au salon de coiffure situé dans la Méga de la Garnison Saint-Jean. Âgé de 73 ans, il vient de céder la direction du commerce à Daniel, son frère cadet. Il continue toutefois, à l’occasion, à venir donner un coup de main à l’équipe en place.

Émile Laplante a commencé à travailler au salon de coiffure de la Garnison Saint-Jean en 1963. Le commerce était alors dirigé par son père, Émile senior Laplante. « Mon père était très professionnel et il a refusé de m’embaucher tant que je n’avais pas obtenu mes cartes de compétence. Je suis donc allé suivre ma formation à Montréal et j’y ai travaillé quelque temps avant de venir le rejoindre à temps partiel. Deux ans plus tard, je travaillais ici à temps plein. » En 1984, lorsque son père a décidé de prendre sa retraite, Émile Laplante a pris la relève.

Le coiffeur avoue qu’au moment de son embauche, il n’a jamais pensé qu’il travaillerait 55 ans à la Garnison Saint-Jean. « Surtout que pendant quelques années, avant que la Mégastructure soit construite, nous entendions souvent dire que la base militaire de Saint-Jean serait fermée. » Au cours de ce demi-siècle, peu de choses ont changé au salon à part les clients, malgré le fait que certains soient devenus des fidèles, même après leur sortie des Forces armées canadiennes.

Il y a peu de différences dans le boulot d’un coiffeur, qu’il travaille dans le secteur civil ou le milieu militaire. Et n’allez pas croire que raser la tête des candidats entrant à l’École de leadership et de recrues des Forces canadiennes est banal. Émile Laplante explique la complexité de cette tâche. « Nous avons très peu de temps à consacrer à chacun des candidats qui nous arrivent en peloton. Il faut donc être rapide, mais extrêmement précis. Avec des cheveux aussi courts, la moindre erreur ne pardonne pas. »

Au niveau des coupes de cheveux des hommes du rang et des officiers, les règles se sont quelque peu assouplies au fil des ans. « Ceux-ci peuvent garder leurs cheveux un peu plus longs sur le dessus de la tête. Cela leur permet d’avoir des coupes un peu plus au goût du jour. »

Ce qu’Émile Laplante a par-dessus tout aimé de son métier est l’interaction qu’il avait avec sa clientèle et ses collègues de travail. « Je dirais que c’est ce qui me manque le plus quand je suis à la maison. Il y a une bonne atmosphère au boulot. C’est pour ça que j’aime bien venir de temps en temps donner un coup de main. Cela m’aide à faire la transition vers la vie de retraité. »
Trois générations de Laplante

Le salon de coiffure de la Garnison Saint-Jean en est à sa troisième génération de Laplante. En effet, en plus d’Émile senior, Émile et Daniel, y travaillent maintenant les filles de ce dernier, Bianca et Audray. Le nouveau retraité explique que le fait de travailler en famille rend les choses particulièrement agréables. « Il y a eu quelques ajustements à faire à un certain moment, mais dans l’ensemble, tout se passe vraiment bien. »
Sa nièce Audray soutient d’ailleurs que le départ d’Émile crée un certain vide. « C’est un homme qui a beaucoup le sens de l’humour et qui fait tout le temps des blagues. Heureusement, dans ma tête, je continue de l’entendre quand il n’est pas là. Ça aide à faire la transition », conclut-elle.

 

<< Retour à la page d'accueil