Un voyage de pêche des plus thérapeutiques

Agrandir l'image
Quelques-uns des participants.

Yves Bélanger, Servir

Pour des vétérans souffrant d’une blessure de stress opérationnel, un geste aussi banal que sortir à l’extérieur de la maison et échanger avec des inconnus peut s’avérer une épreuve difficile à surmonter. Le programme Soutien social blessures de stress opérationnel (SSBSO) a toutefois réussi un grand coup en organisant un voyage de pêche de trois jours auquel dix vétérans ont accepté de participer.

Gaëtan Caron, coordonnateur de soutien aux pairs – région de la Montérégie au programme SSBSO, explique que le but premier de l’activité, qui s’est déroulée à la Pourvoirie Réal Massé du 16 au 18 mai, était de sortir des vétérans de l’isolement et d’utiliser ce loisir comme outil de rétablissement, de réadaptation et de socialisation. « Parmi les participants, il y en avait qui n’étaient pas sortis de chez eux depuis très longtemps. »

Il poursuit en indiquant que le but était aussi de créer des liens entre les vétérans qui sont aux prises avec le même type de problématique. « Ils étaient en confiance, car ils vivent tous avec une blessure de stress opérationnel à différents niveaux. »

Les participants venaient de différents coins de la province. « Nous en avions de la région de Montréal, de Québec, du Saguenay - Lac-Saint-Jean et de l’Outaouais», précise le coordonnateur.
L’activité a donc permis à des gens d’une même région de se connaître et de se sentir moins seuls. « Ils ont échangé leur numéro de téléphone et je sais qu’ils vont se recontacter. Un d’entre eux m’a dit à la fin des trois jours que nous avions réussi à l’emmené plus loin et qu’il allait maintenant recommencer à sortir de chez lui. En ce sens, on peut dire que notre mission est accomplie. »

Pour favoriser le bon fonctionnement de l’activité, les organisateurs avaient réservé des chambres et une salle dans un secteur isolé de la pourvoirie. « Nous voulions vraiment que nos vétérans commencent par rencontrer leurs pairs dans un lieu où ils ne seraient pas en contact avec des inconnus. »

Bien entendu, cet événement n’aurait pu être mis sur pied sans la participation financière d’organismes tels que Sans limites, le Fonds du coquelicot et la Caisse Desjardins des militaires (Saint-Jean). « Nos dix participants ont eu droit à une canne et un kit complet de pêche qu’ils ont pu conserver en souvenir. »

Une expérience à renouveler

Devant le succès de cette sortie qui était une première du genre pour le programme SSBSO, Gaëtan Caron souhaite maintenant en faire une tradition et réitérer l’an prochain avec 10 à 15 nouveaux vétérans. « J’irais même jusqu’à dire que j’aimerais mettre sur pied deux sorties de trois jours chaque année, une en hiver, en motoneige, et une de pêche, pendant la belle saison. Nous pourrions même, dans quelques années, organiser une fois par an une rencontre à laquelle tous les participants à ces activités pourraient se revoir et socialiser. »

Rappelons en terminant que le programme SSBSO, souvent connu sous son acronyme anglais OSISS, a pour but de venir en aide aux militaires actifs et aux vétérans souffrant d’une blessure de stress opérationnel ainsi qu’aux membres de leur famille. Les coordonnateurs sont d’ex-militaires qui ont vécu des épreuves semblables et qui écoutent sans porter de jugement. « Nous organisons aussi des ateliers et des conférences afin de mieux comprendre les blessures de stress opérationnel et composer avec le stigmate relié à la santé mentale », conclut Gaëtan Caron.

Pour joindre le programme SSBSO : 1-800-883-6094.

 

<< Retour à la page d'accueil