Le sentiment du devoir accompli

Agrandir l'image
Le lieutenant-général (ret) Michel Maisonneuve. ( Michel Maisonneuve aura occupé le poste de directeur des études au CMR Saint-Jean pendant 10 ans. (Photo : Mario Poirier)

Yves Bélanger, Servir

La fin de l’année scolaire 2017-2018 du Collège militaire royal de Saint-Jean (CMR St-Jean) sera très spéciale pour le directeur des études, le lieutenant-général (ret) Michel Maisonneuve qui tirera sa révérence après dix ans de service. C’est avec le sentiment du devoir accompli qu’il quittera ses fonctions à la fin du mois de juin.

Il est particulièrement fier d’avoir contribué au succès de la réouverture du CMR Saint-Jean et d’avoir mis la table pour le retour des études universitaires en août 2018. « Par contre, je n’ai pas été tout seul dans cette aventure. Notre établissement avait gardé de solides bases après sa fermeture en 1995. Tout ça, c’est un succès d’équipe », déclare-t-il, en faisant allusion aux membres du personnel enseignant, administratif ainsi qu’à la chaîne de commandement.

Il poursuit en soutenant qu’il est maintenant temps de faire place à du sang neuf. Il ne connaît pas encore son successeur, le processus d’embauche n’étant pas encore terminé. Il soutient toutefois qu’il prendra le temps de travailler à ses côtés lors de ses dernières semaines de travail pour assurer la meilleure transition possible. « Je tiens à faire un transfert personnalisé des dossiers, sans toutefois vouloir m’imposer et lui dire quoi faire. »

C’est avec grande fierté qu’il parle du CMR Saint-Jean qui a toujours prouvé qu’il était en mesure de se retourner rapidement pour répondre aux demandes du ministère de la Défense. « En raison de sa taille, cette institution a su démontrer une grande flexibilité et une agilité incomparable au fil du temps. »

Pour lui, le succès du CMR Saint-Jean repose sur quatre piliers qu’il juge essentiels : la communauté, le travail d’équipe, le professionnalisme et le plaisir. « Je souhaite que mes successeurs et l’équipe de travail puissent continuer à promouvoir cette façon de travailler. Cette façon de voir a fait ses preuves. »

La cérémonie de fin d’année des élèves-officiers aura lieu le 17 mai et sera remplie d’émotions pour Michel Maisonneuve. « C’est évident que ça me touchera beaucoup. Au fils de mes 10 ans comme directeurs des études, j’ai envoyé une centaine d’élèves-officiers par an au Collège militaire royal de Kingston. Pour moi, cela représente beaucoup. Là, ce seront les derniers élèves-officiers que je verrai faire la transition entre les études collégiales et universitaires. »

Des projets plein la tête

Pour Michel Maisonneuve, le mot retraite ne signifie pas se retirer dans un coin et ne plus rien faire. Au contraire, il a de nombreux projets en tête. « Ma femme Barbara et moi avons déjà planifié les deux premières semaines de ma retraite. J’ai également divers projets à moyen
et long terme que je veux réaliser. »

Parmi ceux-ci, il compte faire le tour de toutes les boîtes de dossiers accumulées au cours de ses 45 ans de carrière. « Je veux tout consulter et écrire les souvenirs qui s’y rattachent. » Il ne pense pas nécessairement à écrire son autobiographie, mais plutôt transmettre ses mémoires à ses enfants et petits-enfants. « Une fois que tout sera complété, peut-être que je me laisserai convaincre de publier. »

 

<< Retour à la page d'accueil