Nathalie Fortin veut atteindre le sommet du K2

Agrandir l'image
Nathalie Fortin, lors de son ascension de l’Everest en 2012.

Yves Bélanger - Servir

Nathalie Fortin, officier d’environnement adjoint - sites contaminés, au service de la Conservation des ressources du Groupe de soutien de la 2e Division du Canada, est une passionnée de l’alpinisme. Elle souhaite devenir la dixième femme au monde et la première Canadienne à atteindre le sommet de cette montagne qui, bien qu’elle soit le deuxième plus haut sommet du monde, présente la plus difficile ascension.

C’est en 1992 que Nathalie Fortin a commencé l’escalade et est devenue une véritable mordue de cette discipline. Quatre ans plus tard, elle découvre l’alpinisme et décide d’affronter les Rocheuses. En 2012, cette ingénieure du ministère de la Défense a conquis l’Everest, devenant ainsi l’une des 18 Canadiennes ayant réussi cet exploit. S’en est suivi l’ascension du pic Lénine, au Kirghizistan, en 2013, et de l’Elbrous, en Russie, en 2014, de même que d’autres hauts sommets à travers le monde.

Le 8 juin prochain, elle souhaite réaliser un nouvel exploit, celui de conquérir le K2, un sommet du massif du Karakoram situé sur la frontière sino-pakistanaise, en compagnie de trois autres passionnés de l’alpinisme. Avec ses 8 611 mètres, le K2 est le deuxième plus haut sommet du monde après celui de l’Everest. Il est surnommé par plusieurs « montagne sauvage » ou « montagne sans pitié » en raison de sa difficile conquête. Jusqu’à maintenant, on compte un décès pour quatre personnes qui réussissent à atteindre le sommet.

Nathalie Fortin est une femme de défis. Pour elle, le dépassement de soi, l’engagement et la quête de solution est une réelle passion. « C’est ce qui me plait dans mon travail. C’est un peu la même chose que je retrouve dans l’alpinisme. »

Celle-ci dit avoir bon espoir de relever le défi du K2, un voyage de sept semaines. « Je suis prête psychologiquement et les expériences acquises au cours des 20 dernières années font en sorte que je suis prête à affronter cette montagne. » Côté physique, elle s’entraîne à fond pour être au meilleur de sa forme en juin. « Pour grimper aussi haut, il faut beaucoup de force physique, car en haute altitude, il faut éviter de faire des efforts pour ne pas ressentir de malaise. »

L’ingénieure soutient qu’elle a beaucoup appris au fils de ses diverses ascensions, ce qui l’aidera à affronter le K2. « Nous apprenons beaucoup aussi de nos erreurs et de celles des gens qui nous ont précédés. Aujourd’hui, je suis très confiante d’atteindre mon objectif. »

Pour elle, le nerf de la guerre dans cette aventure n’est pas tant le niveau de difficulté pour atteindre le sommet de K2, que celui d’amasser les fonds nécessaires pour réaliser ce rêve. Elle a investi 15 000 $ de sa poche dans le projet, mais elle a besoin de 40 000 $ supplémentaire. « J’invite les gens qui désirent m’encourager à me suivre sur les médias sociaux afin de connaître les différentes activités de financement qui auront lieu au cours des prochaines semaines », conclut-elle.

Pour suivre Nathalie Fortin sur Facebook : Nathalie Fortin Alpiniste - K2 Défi 2018

Instagram : nathmontagne

<< Retour à la page d'accueil