Double fierté pour la famille De Haître

Agrandir l'image
L’enseigne de vaisseau de 2e classe René de Haître et son père, Denis de Haître, ont regardé passionnément la performance de Vincent de Haître. (Photo : Sgt Jean-Simon Duchesne - ELRFC)

Yves Bélanger - Servir

Pour la famille De Haître, d’Ottawa, la semaine dernière a été très mouvementée. Le jeudi 22 février, l’aîné de la famille, l’enseigne de vaisseau de 2e classe René de Haître, a complété sa formation à l’École de leadership et de recrues des Forces canadiennes (ELRFC). Le lendemain, le cadet, Vincent, était à PyeongChang afin de représenter le Canada aux Jeux olympiques en patinage de vitesse, au 1 000 mètres.

 

Pour l’occasion, l’ELRFC a invité des membres de la famille de l’Ens 2 De Haître et ses camarades de peloton à regarder en direct du mess O’Méga la performance de son frère, médaillé d'argent au 1 000 m aux Championnats du monde de sprint. Son père, Denis De Haître, était présent pour l’occasion ainsi qu’un oncle et une tante, Lucie et Gaétan Baril.

Lucille De Haître, la mère de René et Vincent, était quant à elle en Corée du sud auprès de son cadet. « Nos deux enfants vivaient des moments importants au même moment et nous voulions être près d’eux. Nous avons donc décidé que ma femme irait assister aux Jeux olympiques alors que moi, j’assisterais à la cérémonie de fin de cours de notre aîné. »

Denis De Haître avoue être très content d’avoir pu assister à la cérémonie de fin de cours de son fils de 26 ans. « J’avoue que c’était très émouvant comme cérémonie. C’est tellement touchant de voir nos enfants réaliser leur rêve. Ils ont travaillé très fort pour arriver où ils sont maintenant et je ne peux demander mieux. »

Il était visiblement anxieux de voir la performance de son plus jeune fils, le lendemain matin. « Vincent s’est blessé au talon, quelques jours avant sa première compétition aux jeux Olympiques. Hier, ma femme m’a indiqué qu’il allait mieux, mais j’ai hâte de voir comment il va réussir à se débrouiller sur la glace. »

En raison de cette blessure, le patineur de vitesse n’a pas réussi à se qualifier pour la finale. Les supporteurs au mess O’Méga ont toutefois applaudi chaleureusement la performance de celui-ci qui en était à ses deuxièmes jeux d’hiver et qui compte participer aux prochains jeux Olympiques d’été. « En 2020, il souhaite se qualifier en cyclisme pour être membre de l’équipe canadienne », indique Denis De Haître.

D’ingénieur civil à officier

L’Ens 2 René De Haître a choisi de faire carrière comme officier du génie des systèmes de combat naval dans la Marine royale canadienne. Après avoir fait ses études universitaires en ingénierie navale dans les Maritimes, ce dernier a eu la chance de travailler sur divers chantiers. « Depuis plus de deux ans, je travaillais sur les systèmes de sécurité et de défense chez Thales Canada, à Ottawa. J’avais toujours rêvé de faire carrière dans le milieu militaire. J’ai donc décidé de m’enrôler. »

L’Ens 2 a terminé avec succès son entraînement de trois mois. Il ira maintenant poursuivre sa formation militaire en Nouvelle-Écosse. « Je quitte ce soir pour Halifax. J’ai très hâte de me retrouver là-bas et d’amorcer mon travail. »

 

Des photos supplémentaires sont disponibles sur la page Facebook de l'École de leadership et de recrues des Forces canadiennes : https://www.facebook.com/ELRFC.CFLRS/photos/a.351907251525126.74683.244790888903430/1623451971037308/?type=3&theater

 

 

 

<< Retour à la page d'accueil