Un service postal en constante évolution

Agrandir l'image
Le caporal Vincent Bard, commis, le sergent Carl Deschênes, maître de poste, le caporal Éric Jean, commis et le caporal Patrick Barré, commis. (Photo : Cpl Myki Poirier-Joyal – Imagerie Saint-Jean)

Yves Bélanger - Servir

Il est loin le temps où les gens s’acheminaient des lettres par courrier. Au cours des 30 dernières années, le papier a rapidement été remplacé par l’informatique pour l’envoi de messages. Les services postaux demeurent malgré tout essentiels et ont su s’adapter pour continuer à répondre aux besoins de la population. Le bureau de poste de la Garnison Saint-Jean ne fait pas exception à la règle.

Le sergent Carl Deschênes, l’actuel maître de poste, explique que le plus gros défi de son service est de continuer à augmenter les ventes et d’attirer de la clientèle. « Le fait que nos locaux aient été complètement réaménagés l’an dernier a grandement aidé à ce que nos produits soient mis beaucoup plus en évidence pour les clients. Cela a fait une grande différence aux niveaux des ventes qui ont connu une hausse de 10 à 12 %. » En 2018, le maître de poste espère une autre hausse de 3,5 %.

En 2017, 110 525 kg de courrier ont transité par le bureau de poste de la Garnison Saint-Jean. « Pour un service qui dessert environ 3600 personnes, on peut dire que nous faisons d’excellentes affaires », indique-t-il. Il explique que malgré une baisse du courrier régulier, son service maintient un très bon achalandage, notamment en raison de la réception de colis. « Le magasinage en ligne est de plus en plus populaire et c’est par Postes Canada que sont envoyés bon nombre de ces colis. »

Le développement d’applications et de sites bancaires sur Internet a pour sa part eu un effet néfaste sur l’émission de mandats postaux, autrefois utilisés pour acheminer des fonds en toute sécurité. « Maintenant, les gens peuvent transférer facilement de l’argent grâce à leur ordinateur et leur téléphone intelligent. »

Par contre, le service MoneyGram (transfert de fonds électroniques) demeure assez populaire au bureau de poste de la Méga. « C’est assez stable depuis quelques années. Les étudiants étrangers qui viennent quelques mois suivre des cours au Détachement Saint-Jean de l’École de langues des Forces canadiennes sont d’ailleurs les plus grands utilisateurs de ce produit pour envoyer ou recevoir de l’argent. »

Le courrier interne

En plus de gérer les envois et la réception du courrier régulier, le bureau de poste de la Garnison Saint-Jean est responsable d’acheminer le courrier interne dans les établissements militaires de la région de Montréal. Chaque jour, deux navettes partent de la Garnison Saint-Jean pour effectuer une tournée.

La première navette part en avant-midi pour se rendre à Saint-Hubert et Montréal. « La deuxième, qui quitte en après-midi, se rend dans les différents locaux et établissements des Forces armées canadiennes situés Saint-Jean-sur-Richelieu dont, notamment, le Collège militaire royal de Saint-Jean et les bureaux du 2e Groupe de patrouilles des Rangers canadiens », explique le Sgt Deschênes en ajoutant que son service dessert également toutes les unités de Réserve de la région de Montréal. Leur courrier est acheminé deux fois par semaine. 

Un travail d’équipe

Le bureau de poste 204 compte une équipe de quatre employés permanents. En plus du sergent Carl Deschênes, on retrouve deux commis, le caporal Patrick Barré et le caporal Éric Jean. « Nous accueillons aussi le caporal Vincent Bard. Ce dernier, qui est présentement rattaché à la Base Valcartier, est avec nous pour un certain temps dans le but d’apprendre le métier. Il est en attente de recevoir sa formation officielle par l’équipe de l’Unité postale des Forces canadiennes, située à la Base des Forces canadiennes Trenton, en Ontario. »

L’équipe compte aussi parmi ses membres le caporal-chef Angela Dugal qui œuvre à la Garnison Montréal. Son travail consiste à trier tout le courrier reçu de Postes Canada et des unités internes. Elle voit également à transmettre aux bonnes personnes les télécopies, lettre et mémos qui sont acheminés à la garnison, en plus de préparer le courrier interne qui devra être envoyé au bon endroit.

Cette dernière soutient que le principal défi de tous les bureaux de poste est de gérer le courrier dont l’adresse de destination ou de réception est incomplète. « Nous faisons toutefois de notre mieux  pour effectuer des recherches et trouver un moyen d'acheminer le courrier à destination le plus rapidement possible. »

De commis à maître de poste

Le Sgt Deschênes raconte qu’il a littéralement trouvé chaussure à son pied avec ce métier. « Quand je me suis enrôlé, je cherchais un métier manuel qui me permettait aussi d’être en interaction avec des gens. Les services postaux étaient donc tout indiqués pour moi. »

Il s’est donc rendu à la Base des Forces canadiennes Trenton pour suivre le cours approprié.

Au cours de sa carrière, il a entre autres travaillé dans les garnisons et bases de Valcartier, Halifax et Edmonton. « Ce métier m’a aussi permis de voyager à l’étranger. En 18 ans, j’ai été déployé à quatre reprises en mission. » Depuis deux ans, il œuvre à la Garnison Saint-Jean.

 

<< Retour à la page d'accueil