Camp régional à la Garnison Saint-Jean : 24 militaires apprennent les rudiments du rugby

Agrandir l'image

Yves Bélanger - Journal Servir

Du 28 au 31 août, à la Garnison Saint-Jean, les Sports militaires tenaient un camp régional de rugby auquel ont participés 24 hommes et femmes des régions de Montréal, Valcartier, Bagotville et Ottawa. Le tout s’est terminé par un match amical contre l’équipe Les Barracudas de Saint-Jean-sur-Richelieu.

Lors de cet événement, les joueurs ont eu  l’occasion de découvrir ce sport entre autres grâce à la participation de l’entraîneur civil Vince Crysler qui joue et entraîne des joueurs de rugby depuis une quarantaine d’années. Ce dernier avoue avoir eu un grand plaisir à vivre sa première expérience dans le milieu militaire. « J’ai passé trois jours extraordinaires. Habituellement, on doit tout d’abord mettre les joueurs et joueuses en forme avant de commencer. Là, j’avais affaire à des participants très bien entraînés. Nous avons donc pu aller directement au cœur du sujet. »

Il est particulièrement fier de constater l’homogénéité des participants. « Certains avaient déjà de l’expérience parce qu’ils sont membres d’équipes civiles et ils ont été géniaux avec ceux qui ne connaissaient rien à ce sport. Ils n’hésitaient pas à partager leur savoir avec les autres et à leur donner des conseils. À la fin du camp, ils étaient tous très performants. » Il termine en précisant que les participants du camp sont en mesure de former de bonnes équipes locales. « Ils sont vraiment tous d’un excellent calibre. »

Le caporal Caleb-Aime Soltendieck, de l’École navale des Forces canadiennes Québec, était au nombre des participants. Il indique que déjà, dans la région de Valcartier, quelques joueurs ont commencé à pratiquer le rugby en vue de former une équipe officielle. « Nous sommes actuellement une vingtaines de joueurs intéressés. Celui-ci qui était avant tout un adepte de football américain avoue avoir développé un amour inconditionnel pour le rugby. « C’est vraiment un jeu d’équipe et de stratégie passionnant. »

Quant aux blessures possibles, il soutient s’être plus souvent blessé au football qu’au rugby. « Les gens voient toujours se sport comme violent, mais étant donné que nous ne portons aucune protection, nous sommes plus prudents et évitons ainsi les mauvais coups. »

Le major Jean-François Guay, du bureau du juge-avocat adjoint à la Garnison Saint-Jean, indique pour sa part que ce camp l’a littéralement emballé. « Je me suis inscrit par curiosité. J’avais le goût de découvrir un nouveau sport. Toutefois, j’ai vraiment eu la piqûre et j’ai envie de continuer. Les organisateurs de l’activité ont fait un excellent boulot. J’aime bien ce concept de camp qui permet de tester nos aptitudes pour un sport. »

Le sergent Marie-Pier Labrecque, de l’École de leadership et de recrues des Forces canadiennes, explique elle aussi que ce camp lui a permis d’apprivoiser le rugby et de tomber en amour avec cette discipline sportive. « Nous sommes partis de zéro et deux jours et demi après, on a eu la chance de participer à un vrai match. J’ai tellement aimé l’expérience que j’ai commencé à en parler avec des collègues pour former une équipe. »

Les filles ont adoré

Du côté des filles, la réponse est la même. Les trois participantes à ce premier camp régional avouent être tombées en amour avec le rugby. Le capitaine Annie Leduc-Lalonde, de l’École de leadership et de recrues des Forces canadiennes (ELRFC), est bien connue pour son amour du sport. Elle mentionne que sa plus grande peur avec le rugby était la rudesse. « Toutefois, nous étions tellement bien encadrées que nous avons appris à jouer de façon sécuritaire. J’ai adoré. »

 

Photos : Cpl Myki Poirier-Joyal - Imagerie Saint-Jean

 

 

 

 

<< Retour à la page d'accueil