De passage chez nous pour quelques mois

Agrandir l'image
Le groupe d’étudiants étrangers en immersion française, en compagnie du maire Michel Fecteau et de membres du personnel de la Division étrangère. (Photo : Yves Bélanger)

Yves Bélanger - Journal Servir

84 étudiants étrangers sont arrivés le mois dernier au Détachement Saint-Jean de l’École de langues des Forces canadiennes (Det Saint-Jean ÉLFC) pour apprendre ou parfaire, le temps de quelques mois, leur anglais ou leur français. Nous avons profité de la visite du groupe en immersion française à l’hôtel de ville de Saint-Jean-sur-Richelieu pour rencontrer quelques participants.

Caroline Béland est l’une des enseignantes en français qui œuvre à la Division étrangère du Det Saint-Jean ÉLFC. Elle est responsable du groupe avancé. « Parmi le groupe, les gens ne sont pas tous du même niveau. Il y en a qui arrivent ici et qui ne connaissent rien à notre langue, d’autres qui arrivent à se débrouiller et d’autres encore qui viennent pour parfaire leur apprentissage. »

Chaque étudiant passe un minimum de 28 heures en classe chaque semaine. À cela s’ajoute les sorties éducatives. « Ils ne sont vraiment pas en vacances. Ils travaillent très fort tout au long de leur séjour et ils sont très motivés à apprendre l’anglais ou le français. » Régulièrement, ils sont évalués au niveau de la lecture, de la communication orale et de l’écriture.

Quelques témoignages

Le capitaine Francisco Valoyez Casallas, de l’armée colombienne, n’en est pas à sa première immersion en langue française. En 2010, il a choisi d’aller vivre un an en France pour apprendre à maîtriser notre langue. Il s’est inscrit aux cours offerts par les Forces armées canadiennes pour s’assurer de ne pas perdre la main. « Cette fois-ci, je voulais vraiment mieux connaître les règles de grammaire. » Il dit apprécier grandement sa découverte de notre coin de pays et de connaître la culture. « Ce n’est pas toutes les nations qui ont deux langues officielles. »

Le major Justin Bulawa œuvre pour sa part pour les forces armées du Bostwana. Pour lui, apprendre le français était primordial. « Chez nous, plusieurs logiciels avec lesquels nous devons travailler sont dans cette langue. C’est donc important pour moi de bien la comprendre. » Il dit aimer le fait de pouvoir être plongé dans un milieu où il n’a pas le choix de s’exprimer dans la langue de Molière, que cela favorise son apprentissage.

Le lieutenant-colonel  Manfredi Canario Quiroz Ilaire arrive quant à lui du Pérou et apprendre le français lui permet de découvrir de nouvelles cultures. « En plus, je vais maintenant pouvoir lire la presse francophone et mieux saisir les enjeux des pays francophones. » 

Visite à l’hôtel de ville

Chaque saison, les étudiants étrangers du Det Saint-Jean ÉLFC sont accueillis à l’hôtel de ville de Saint-Jean-sur-Richelieu où ils apprennent à mieux connaître ce palier de gouvernement. La veille du passage des étudiants en français, le maire Michel Fecteau a reçu ceux qui sont chez nous pour apprendre l’anglais.

Après avoir écouté le chef du cabinet du maire, Sylvain Latour, qui a présenté les diverses particularités de la 11e plus grande ville du Québec, le maire Fecteau a pris la parole pour saluer les visiteurs et répondre à leurs questions. Un vin de l’amitié leur a ensuite été servi.

Le capitaine Francisco Valoyez Casallas de l’armée colombienne a signé le Livre d’or de la ville de Saint-Jean-sur-Richelieu. (Photo : Yves Bélanger)

<< Retour à la page d'accueil